Livraison offerte>40EUR | Retours sous 30 jours | Encre naturelle | N°1 du tattoo éphémère Fr

Maori & Polynésien

Tatouage Maori masculin et/ou féminin – culture polynésienne

 

Les origines de la société polynésienne

Il y a encore un débat sur les origines définitives de la culture polynésienne et cela s'applique aussi à la notion de tatouage.

Ce qui est certain, c'est que le terme polynésien ou polynésien englobe de nombreuses tribus dont les Marquisiens, les Samoans, les Niouéens, les Tongais, les habitants des îles Cook, les Hawaïens, les Tahitiens et les Maoris. Toutes ces tribus sont génétiquement liées aux peuples autochtones d'Asie du Sud-Est.

L'Asie du Sud-Est et, à son tour, la Polynésie sont des sous-régions de l'Océanie, comprenant un grand groupe de plus de 1000 îles dispersées sur le centre et le sud de l'océan Pacifique, dans un triangle qui englobe la Nouvelle-Zélande, Hawaii et l'île de Pâques comme il est coins.

Les personnes qui habitent les îles de Polynésie sont appelées Polynésiens et ils partagent de nombreux traits communs, y compris la langue, la culture et les croyances.

 

Le Triangle Polynésien

Cependant, les langues polynésiennes peuvent en fait varier légèrement les unes des autres, et dans certains cas, elles diffèrent de manière assez significative. Il y a quelques mots, qui sont fondamentalement les mêmes dans toutes les langues polynésiennes, reflétant le noyau le plus profond de toutes les cultures polynésiennes. Moana (océan) et mana (force et énergie spirituelle) sont deux termes qui transcendent toutes les cultures polynésiennes.

 

Ces mots sont assez semblables et cela reflète à quel point les cultures polynésiennes sont étroitement liées à l'océan, car elles croient que l'océan garantit la vie.

 

Les origines de l'art du tatouage en Polynésie

Historiquement, il n'y avait pas d'écriture dans la culture polynésienne, alors les Polynésiens utilisaient l'art du tatouage qui était plein de signes distinctifs pour exprimer leur identité et leur personnalité. Les tatouages indiqueraient le statut dans une société hiérarchique ainsi que la maturité sexuelle, la généalogie et le rang dans la société. Presque tout le monde dans l'ancienne société polynésienne était tatoué.

Les premières îles polynésiennes visitées sont les îles Marquises, découvertes par les explorateurs européens et le navigateur espagnol Alvaro de Mendana de Neira, en 1595. Cependant, les navigateurs européens ont montré peu d'intérêt en raison du manque de ressources précieuses.

Le capitaine James Cook (comme mentionné dans notre guide complet sur le tatouage maori) a été le premier navigateur à tenter d'explorer le triangle polynésien susmentionné.

 

En 1771, lorsque James Cook retourna pour la première fois à Tahiti et en Nouvelle-Zélande après son premier voyage, le mot "tatouage" apparut en Europe. Il a raconté les comportements des Polynésiens lors de son voyage, qu'il a appelé tattaw. Il a également apporté un Tahitien nommé Ma'i en Europe et depuis lors le tatouage a commencé à devenir rapidement célèbre, principalement en raison des tatouages de Ma'i.

Une autre légende est que les marins européens aimaient tellement les tatouages polynésiens qu'ils se sont répandus extrêmement vite en Europe parce que les marins les portaient sur leur propre corps.

La tradition actuelle du tatouage polynésien existait il y a plus de 2000 ans, mais au XVIIIe siècle, l'Ancien Testament interdisait strictement cette opération. Depuis sa renaissance dans les années 80, de nombreux arts perdus ont été ravivés mais il est devenu très difficile de stériliser les outils en bois et en os qui étaient utilisés pour le tatouage. Le Ministère de la Santé a donc interdit le tatouage en Polynésie française en 1986.

La renaissance de l'art et de la pratique du tatouage, en particulier aux Tonga, ces dernières années, est principalement due aux travaux d'universitaires, de chercheurs, d'artistes visuels et de tatoueurs.

 

Tonga et Samoa

C'est à Tonga et à Samoa que le tatouage polynésien est devenu un art très raffiné. Les guerriers tongiens étaient tatoués de la taille aux genoux avec une série de motifs géométriques, composés pour la plupart de motifs triangulaires répétés, de bandes et de zones de noir uni.

Les prêtres qui ont suivi une longue période de formation et qui ont suivi des rituels et des tabous strictement prescrits qui ont eu lieu pendant le processus de tatouage. Pour le peuple tongan, le tatouage avait une profonde signification sociale et culturelle, comme mentionné précédemment.

Dans l'ancienne Samoa, le tatouage jouait également un rôle extrêmement important dans les rituels régaliens et dans la guerre. Le tatoueur détenait une position héréditaire et, dans le même ordre d'idées, une position très privilégiée. Il tatouait habituellement des groupes de six à huit personnes (habituellement des hommes) au cours d'une cérémonie à laquelle assistaient des amis et des parents. Le tatouage du guerrier samoan commençait à la taille et s'étendait juste en dessous du genou.

Cependant, il n'était pas inhabituel pour les femmes samoanes d'être tatouées aussi. Mais les images se limitaient à une série de motifs délicats en forme de fleurs (généralement géométriques), sur les mains et les parties inférieures du corps.

Environ 200 ap. J.-C. Des voyageurs de Samoa et de Tonga se sont installés dans la région des Marquises. Sur une période de plus de 1000 ans, l'une des cultures polynésiennes les plus complexes a évolué - marquisienne.

 

Art marquisien

L'art et l'architecture marquisiens étaient très développés et les dessins de tatouages marquisiens, qui couvraient souvent tout le corps, étaient les plus élaborés en Polynésie.

 

Outils de tatoueur maori

Bien que de nombreuses années se soient écoulées, les outils et les techniques du tatouage polynésien ont très peu changé. Pour une conception très traditionnelle, l'art du tatouage se transmettait généralement de génération en génération. Chaque tatoueur, ou tufaga, aurait appris le métier au cours de nombreuses années d'apprentissage.

 

L'avènement du christianisme aux Tonga a entraîné la perte de plusieurs pratiques indigènes telles que le tatouage. Bien que l'art du tatouage ait été conservé dans le pays si Samoa, il a été complètement effacé aux Tonga.

 

Au Samoa, la tradition d'appliquer le tatouage à la main est ininterrompue depuis plus de 2000 ans. Les outils et les techniques n'ont guère varié. La compétence est souvent transmise de père en fils, chaque artiste apprenant l'art après de nombreuses années d'apprentissage.

 

Un jeune artiste en formation passait souvent des heures, voire des jours, à taper des dessins dans du sable ou de l'écorce à l'aide d'un peigne de tatouage spécial ou au. Honorer leur tradition très vénérée, les artistes samoans de tatouage ont fait cet outil à partir des dents aiguisées de sangliers attachées ensemble avec une partie de la carapace de tortue et à un manche en bois.

 

La douleur lors du tattoo dans la culture Polynesienne

Les marques permanentes laissées sur quelqu'un après qu'il a été tatoué se souviendront à jamais et commémoreront son endurance et son dévouement aux traditions culturelles. La douleur était extrême et le risque de décès par infection était une grande préoccupation pour de nombreuses personnes. Cependant, se dérober au tatouage, c'est prendre le risque d'être étiqueté comme lâche ou pala'ai et d'être ensuite détesté et insulté par le reste de la tribu ou du clan. Les hommes qui n'ont pas pu endurer la douleur et ont abandonné leur tatouage sont restés incomplets, portant leur marque de honte toute leur vie.

Il y avait peu d'hommes qui refusaient la pe'a traditionnelle, le tatouage complexe qui couvrait leur corps du milieu du torse aux genoux. L'artiste se servait d'un maillet pour taper les dents du peigne chargé d'encre dans la chair de l'homme, en ne suivant que de simples marques comme guide.

Une séance de tatouage durait généralement jusqu'au crépuscule ou jusqu'à ce que les hommes ne puissent plus supporter la douleur et reprennent le lendemain, à moins que la peau enflammée ait besoin de quelques jours pour guérir. L'ensemble du processus peut durer jusqu'à trois, voire quatre mois. Par la suite, la famille de l'homme l'aidait à fêter, malgré la douleur, en organisant une fête et le tufuga lui écrasait un récipient d'eau à ses pieds, marquant la fin de la douloureuse épreuve.

 

Le processus de guérison

Ce processus prenait habituellement des mois. La peau tatouée devait être lavée à l'eau salée, pour éloigner les infections, puis la zone du corps devait être massée pour éliminer les impuretés. La famille et les amis aideraient au processus de guérison parce que même des tâches extrêmement simples, comme marcher et s'asseoir, pourraient irriter la peau enflammée et causer de grandes douleurs. En l'espace de six mois, les dessins distinctifs commençaient à apparaître sur leur peau, mais il fallait presque un an pour qu'ils guérissent complètement.

 

Placement sur le corps du tatouage Maori

Le placement sur le corps joue un rôle très important dans le tatouage polynésien. Il y a quelques éléments qui sont liés à des significations spécifiques en fonction de l'endroit où ils sont placés. Bref, leur placement a une influence sur la signification d'un tatouage polynésien.

On dit que les humains sont des descendants ou des enfants de Rangi (Ciel) et de Papa (Terre), qui étaient autrefois considérés comme unis. La quête de l'homme dans la légende polynésienne est de retrouver cette union, le corps est donc considéré comme un lien entre Rangi et Papa. La partie supérieure du corps est liée au monde spirituel et au ciel, tandis que la partie inférieure du corps est liée au monde et à la terre.

L'emplacement de certains éléments sur le corps, comme les traces généalogiques à l'arrière des bras, suggère que le dos peut être lié au passé et l'avant à l'avenir.

 

Tête

On dit que la tête est le point de contact avec Rangi, et est donc liée à des thèmes tels que la spiritualité, la connaissance, la sagesse et l'intuition.

 

Tronc supérieur

Cet espace est situé juste au-dessus du nombril jusqu'à la poitrine et est lié à des thèmes tels que la générosité, la sincérité, l'honneur et la réconciliation. Certains ont peut-être remarqué que cette zone est située directement entre Rangi et Papa, afin d'avoir une harmonie entre eux l'équilibre doit exister dans cette zone.

 

Tronc inférieur

Cette zone va des cuisses au nombril. Cette partie du corps est directement liée à l'énergie, au courage, à la procréation, à l'indépendance et à la sexualité de la vie. En particulier, les cuisses sont liées à la force et au mariage. L'estomac, ou zone médiane, est à l'origine de la forme du mana et le nombril représente l'indépendance en raison de la signification symbolique associée à la coupe du cordon ombilical.

 

L'indépendance est un trait qui est très apprécié dans la société polynésienne (comme dans la plupart des autres), mais pas l'individualisme. Toutes les personnes qui dépendent de la mer pour leur subsistance connaissent l'importance de la socialité et de la socialisation. Les Polynésiens ont construit leur culture autour de cela. La famille devient ainsi un groupe de personnes plus large qui comprend tous les membres de la famille, les amis et les voisins, qui jouent tous un rôle important.

 

Un mot célèbre pour définir cette grande famille, vient d'Hawaii, le mot est'Ohana qui indique le groupe familier de personnes qui coopèrent dans la croissance, l'enseignement et l'alimentation des enfants.

 

Bras et épaules

Les épaules et les bras au-dessus du coude sont associés à la force et à la bravoure et concernent des personnes comme les guerriers et les chefs. Le mot maori kikopuku désignait cette partie de l'union des mots kiko (chair, corps) et puku (gonflé). Puku comme préfixe ou suffixe est également utilisé comme un amplificateur du mot qu'il qualifie, renforçant ainsi l'idée de bras forts.

 

Avant-bras et mains

Du bas du coude, le même mot est utilisé pour désigner à la fois le bras et la main. Cette partie du corps est liée à la créativité, à la création et à la fabrication des choses.

 

Jambes et pieds

Le même mot est utilisé pour désigner à la fois la jambe et le pied. Les jambes et les pieds représentent l'avancement, la transformation et le progrès. Ils sont également liés à la séparation et au choix. Les pieds, étant notre contact avec Papa, Mère Nature, sont aussi liés au concret et aux choses matérielles.

 

Articulations

Les articulations représentent souvent l'union, le contact. Si nous considérons le corps comme un reflet de la société, nous pouvons comprendre pourquoi les articulations, étant les points de rencontre de différents os, représentent différents degrés de relation entre les individus : plus ils sont éloignés de la tête (le chef de famille), plus grande est la distance dans la parenté, ou plus le statut est bas. Les chevilles et les poignets représentent une cravate et les bracelets qui y sont placés symbolisent souvent l'engagement. Les genoux sont souvent liés aux chefs (s'agenouiller devant eux).

 

Symboles, motifs et significations tatouages polynésiens

Enata (singulier)

Les figures humaines, aussi connues sous le nom d'enata en langue marquisienne, représentent des hommes, des femmes et parfois des dieux. Ils peuvent être placés dans un tatouage pour représenter les gens et leurs relations. S'ils sont placés à l'envers, ils peuvent être utilisés pour représenter les ennemis vaincus. C'est un exemple de l'Enata dans sa forme singulière.

 

Enata (motif)

Des enata trop stylisées, réunies en une rangée de personnes se tenant la main, forment le motif appelé ani ata, qui se traduit par "ciel nuageux".

Les langues polynésiennes et une rangée d'enata en demi-cercle représentent souvent le ciel ainsi que les ancêtres qui gardent leurs descendants.

 

Dents de requin (simplifiées)

Les dents de requin ou de niho mano méritent une place à part. Les requins sont l'une des formes préférées que les aumakua choisissent d'apparaître à l'homme. Ils représentent la protection, l'orientation et la force ainsi que la férocité, mais ils sont aussi des symboles de la capacité d'adaptation dans de nombreuses cultures. C'est un exemple de dents de requin simplifiées.

 

Dents de requin (complexes)

Les stylisations des dents de requin, dans leur forme plus complexe comme on peut les voir dans certains tatouage.

 

Fer de lance

Un autre symbole classique utilisé pour représenter la nature guerrière est la lance. Les pointes de lance sont également très symboliques par rapport aux objets tranchants et elles peuvent être utilisées pour représenter la piqûre de certains animaux.

 

Tête de lance (motif)

Souvent, elle est stylisée sous la forme d'une rangée de pointes de lance, ci-dessous une variante.

 

Océan (simplifié)

L'océan est un second foyer pour les Polynésiens et un lieu de repos lorsqu'ils partent pour leur dernier voyage. Par coïncidence, on dit que les tortues rejoignent les défunts en les guidant vers leur destination. Ainsi, parfois, l'océan peut être utilisé pour représenter la mort et l'au-delà. Comme l'océan est la principale source de nourriture, il n'est pas étonnant qu'il influe sur tant de traditions et de mythes. Toutes les créatures vivant dans l'océan sont associées à plusieurs significations, généralement mutées à partir de leurs traits et habitudes caractéristiques. L'océan et la mer peuvent être représentés par des vagues. Voici la version simplifiée.

 

Océan

Les stylisations de l'océan peuvent souvent représenter des idées telles que la vie, le changement et la continuité par le changement. Les vagues peuvent aussi être utilisées pour représenter le monde au-delà ou le lieu où les défunts vont se reposer lors de leur dernier voyage.

 

Tiki

Une signification du mot tiki est figure, ainsi tiki est le nom donné aux figures humaines qui représentent habituellement des demi-dieux par opposition à atua, qui apparaissent habituellement aux hommes sous la forme d'animaux tels que des lézards.

 

Le tiki peut aussi représenter des ancêtres déifiés, des prêtres et des chefs qui sont devenus des demi-dieux après leur mort. Ils symbolisent la protection, la fertilité et servent de gardiens.

 

En stylisant la figure encore et encore, une version simplifiée a été atteinte, appelée "l'œil brillant", où les yeux, les narines et les oreilles semblent être les éléments proéminents.

 

 

Yeux de Tiki

Les figures tiki peuvent être dépeintes en vue de face (parfois avec la langue tendue comme symbole de défi à l'ennemi). Voici un gros plan d'un des éléments les plus importants du tiki, les yeux.

 

Tortue

La tortue ou honu est une autre créature importante dans toutes les cultures polynésiennes et a été associée à plusieurs significations. La première est le fait que les tortues symbolisent la santé, la fertilité, la longévité dans la vie, le fondement, la paix et le repos.

 

Le mot hono, qui signifie tortue en langue marquisienne, a d'autres significations qui englobent des choses telles que l'union et la couture des familles et la représentation de l'idée d'unité.

 

Contrairement à ce que l'on croit parfois, les tortues dressées vers le haut n'impliquent pas qu'elles emmènent l'âme d'une personne morte dans l'autre monde. Pour représenter cela, un être humain doit être placé sur ou près de la carapace de la tortue.

 

Tortue (motif coquillage)

D'autres motifs peuvent être dérivés de l'incrustation de la coquille, c'est un exemple de stylisation de la coquille....

 

Lézard

Les lézards et les geckos sont souvent appelés mo'o ou moko et ils jouent un rôle important dans le mythe polynésien. Les dieux (atua) et les esprits mineurs apparaissaient souvent aux hommes sous la forme de lézards, ce qui peut expliquer pourquoi l'élément stylisé utilisé pour représenter le lézard est très similaire au symbole stylisé utilisé pour représenter l'homme.

Les lézards sont des créatures très puissantes qui portent chance, communiquent entre les humains et les dieux et qui peuvent accéder au monde invisible. D'un autre côté, ils peuvent aussi apporter la mort et de mauvais présages aux personnes irrespectueuses.

 

Lézard (motif)

Il s'agit d'un motif ou d'une stylisation du symbole du lézard, et comme mentionné ci-dessus, il ressemble plutôt à la stylisation de la forme humaine (enata).

 

Raie

Les tatouages de galuchat viennent dans plusieurs variations et styles, l'image peut tenir des significations symboliques. La raie pastenague a la capacité de se cacher dans les sables sous-marins, principalement des requins et est capable de se couvrir de sable et de rester immobile. La plupart des requins peuvent sentir la proie dans le sable en fonction du mouvement, mais pour la plupart, la raie pastenague est capable de se cacher et pour cette raison, son image est classée comme un symbole de protection. D'autres thèmes qui vont de pair avec l'image d’une raie sont l'adaptation, la grâce, la paix, le danger, l'agilité, la vitesse et la furtivité.


Tatouage temporaire maori pour homme et femme |tatouage éphémère polynésien adultes – adolescents

Maori & Polynésien

Sous-catégories

Il y a 2 produits.

Affichage 1-2 de 2 article(s)

Filtres actifs